Inde : Le « Rock Garden » de Nek Chand

Chandigarh-mapNé dans un petit village de la province du Pendjab, aujourd’hui du côté pakistanais, Nek Chand Saidi arriva avec sa famille à Chandigarh lors de la partition de l’Inde, en 1947. Plus tard, alors inspecteur des routes, il devint artiste de manière autodidacte, réalisant une oeuvre monumentale longtemps ignorée de tous. Dans les années 1950, alors que la ville de Chandigarh était refaçonnée par Le Corbusier, devenant d’ailleurs la plus importante concentration d’œuvres du célèbre architecte sur la planète, Nek Chand travaillait discrètement à résister contre cette vision occidentalisée de l’environnement urbain. Le lieu qu’il avait choisi pour donner vie à son projet de Rock Garden, qu’il se plaisait à appeler « le Royaume de Dieu », était en effet un terrain occupé illégalement et, bien que la réalisation de l’oeuvre eût commencé en 1957, le parc ne fut découvert par les autorités qu’en 1975 pour être ensuite ouvert au public en 1976.

Nek Chand Saini - PHOTO : Tejinder Singh Bedi, The Sunday Guardian, Nov. 2012

Nek Chand Saini – PHOTO : Tejinder Singh Bedi, The Sunday Guardian, Nov. 2012

Ce fabuleux parc s’étend aujourd’hui sur 12 hectares, offrant aux yeux des visiteurs plus d’un millier de sculptures à admirer. En plus de sa formidable taille qui en fait un lieu unique, l’originalité du lieu tient dans le fait que les sculptures sont entièrement composées d’objets usagés : bouteilles de verre, pots en céramique, déchets électriques, tuiles, etc. Durant des années, Nek Chand collecta patiemment tous ces déchets pour les transformer ensuite en danceuses, paysans, musiciens, singes, chevaux, paons, cascades… Il a souvent expliqué qu’il n’avait rien planifié et que ce jardin était sorti spontanément de son imagination, au fur et à mesure qu’il prenait forme.

Nek-Chand-Foundation-statuesAujourd’hui, le parc est entretenu par une vingtaine d’ouvriers qui continuent de le développer sous la supervision de Nek Chand, notamment pour améliorer le confort des quelques 5000 visiteurs que le Rock Garden accueille chaque jour. Toutefois, s’il semble maintenant reconnu internationalement en tant qu’oeuvre d’art et à l’abri de la destruction, le Rock Garden a traversé des périodes difficiles. La dernière remonte à 1996, quand, lors d’un voyage de Nek Chand aux Etats-Unis, les ouvriers ont été licenciés par la municipalité, laissant ainsi le parc livré aux vandales. Grâce aux fonds recueillis par la mobilisation internationale de personnalités et d’institutions, des réparations ont été effectuées et une association de protection du lieu a pu être créée.

Pour en savoir plus : http://www.nekchand.com/  Nek-Chand-Foundation-dancing-girls

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s