« Entwined Histories » de Gary Drostle

Gary-Drostle-devant-entwined-histories Il y a un peu plus d’un an, Gary Drostle installait sa superbe mosaïque, « Entwined Histories », à Bow Common (Geoff Cade Way), dans l’est de Londres. Réalisée sur un support de polystyrène avec des céramiques de Winckelmans et des smalts en or d’Orsoni, la sculpture de trois mètres de hauteur domine le site où se trouvait autrefois la fabrique de cordes des docks de Londres.

L’œuvre a en effet été commanditée par Poplar Harca, une association qui construit et rénove des logements pour les louer à des prix très raisonnables, participant ainsi au mouvement de community development qui vise à diminuer la pauvreté et les inégalités en tentant de rendre plus fortes les collectivités locales. L’idée de l’oeuvre de Gary Drostle était de rendre hommage à la communauté de l’East End, où les industries liées à la mer se sont longtemps développées. La fabrique de cordes ayant été une industrie florissante jusqu’au milieu de XXe siècle (les quais ont été de moins en moins utilisés ensuite jusqu’à être finalement fermés en 1980) et le quartier ayant abrité ses ouvriers, le thème s’est naturellement imposé.

La mosaïque représente une corde torsadée, dont chacun des brins correspond à une communauté d’immigrants parmi celles qui se sont installées dans l’East End au fil des siècles, attirées par le travail sur les docks. L’artiste s’est inspiré de motifs célèbres de l’industrie textile de l’East End (où les femmes de ces immigrants trouvaient souvent du travail), qui rappellent les différentes origines des habitants : le lin des irlandais, la dentelle des français huguenots, le damassé islamique, mais aussi des motifs liés aux traditions des juifs ashkénazes et de certains peuples d’Europe de l’est, d’Asie et d’Afrique. Gary-Drostle-détail

Mais Gary Drostle voulait, tout en contemplant ainsi le passé, se tourner aussi vers l’avenir. Il a donc associé à son projet les jeunes de l’école du quartier, St Paul’s Way School. La sculpture de brins de cordes entrelacés (eux-mêmes décorés de mosaïque, qui n’est autre qu’un art rassemblant des éléments divers pour former un tout uni et cohérent) montre ainsi aux jeunes générations l’importance de tisser des liens avec autrui, la solidité qui peut s’en dégager. Elle donne aux habitants du quartier une nouvelle image de leur communauté, où chacun sort plus fort et plus beau de cette union avec l’autre.

Gary Drostle a été récompensé lors de la dernière conférence annuelle de la SAMA, aux Etats-Unis, en recevant le prix « Best in Show ».

Gary-Drostle-entwined-histories

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s