Concours des Meilleurs Ouvriers de France : le cru 2015

Portrait de Madame Louis Rosenau, de La Gandara (tableau entier)

Portrait de Madame Louis Rosenau, de La Gandara (tableau entier)

Ce ne sera pas vraiment un scoop pour ceux qui suivent la mosaïque française de très près car j’ai tardé à rédiger cet article, mais je tenais à souligner le fait que la 25e édition du concours « Un des Meilleurs Ouvriers de France » (diplôme d’état de niveau III) a vu trois mosaïstes primées cette année !

Après une première épreuve qualificative, les quatre candidates jugées admissibles ont dû composer une mosaïque ayant pour sujet le portrait d’Hélène Rosenau, d’après l’œuvre d’Antonio de La Gandara (1871-1917). Le tableau, qui date de 1913, est conservé au Musée du Petit Palais, à Paris.

Pour ce faire, les artistes devaient respecter des critères très précis. La mosaïque devait mesurer 80 cm de hauteur et 55 cm de large, et être réalisée sur un support léger. Les tesselles devaient avoir différents formats, leur longueur maximale ne dépassant pas 20 mm, et les matériaux utilisés devaient obligatoirement comprendre des matériaux naturels au nombre minimum de 4 teintes et textures différentes, ainsi que des smalts de 4 teintes au minimum également.

sujet-mosaïque-meilleurs-ouvriers-2015-détail-visageEn plus de ces exigences matérielles, le jury tenait à ce que les candidates s’attachent évidemment, puisqu’il s’agissait d’un portrait, à l’expression du visage, le fond devant « rester en second plan afin de servir de faire-valoir au portrait ». L’idée était que l’œuvre ne soit pas une imitation picturale, mais qu’elle mette en avant l’intérêt de la transposition du tableau en mosaïque par des reliefs, des irrégularités pour créer des dynamiques et des jeux de lumière intéressants.

Par ailleurs, les candidates avaient à constituer un dossier de quinze pages maximum afin de renseigner le jury sur les étapes de leur travail, photos à l’appui.

Les mosaïstes ayant reçu le prix (ex aequo, donc, car il ne s’agit en fait pas d’un concours, mais d’un niveau de maîtrise de son art à atteindre) sont Chrystèle Albertini, Marie-Laure Besson et Mélaine Lanoë (bravo à toutes les trois !). Voici leurs trois versions, que vous prendrez, j’espère, autant de plaisir que moi à comparer :

Publicités

2 réflexions sur “Concours des Meilleurs Ouvriers de France : le cru 2015

    • Bonjour Danièle,
      Sylvie Potier, mosaïste sur Toulouse (que je salue au passage puisque j’ai effectué mon tout premier stage dans son atelier !) faisait effectivement partie des quatre finalistes, mais elle n’a pas obtenu le prix. Seules Mélaine, Marie-Laure et Chrystèle ont réussi l’examen.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s