Adieu « Perspectives Mosaïques »…

Je vous annonçais, il y a quelque temps, la tenue de la deuxième exposition « Perspectives Mosaïques », organisée à Dijon au mois de mars. Or, la triste nouvelle vient de tomber : il n’y aura pas d’exposition cette année. Manque de participants.

Peut-être aurait-il fallu relancer la communauté des artistes mosaïstes en expliquant que la tenue même de l’exposition était menacée ? Toujours est-il qu’il est plutôt triste de voir périr une manifestation qui n’en était qu’à ses débuts. Il faut dire que les initiatives ont fleuri aux quatre coins de l’hexagone ces dernières années, et même si c’est à saluer, les artistes ont peut-être un peu de mal à suivre… La mosaïque n’étant pas l’activité la plus rapide du monde, à moins d’y consacrer tout son temps, une oeuvre met un certain temps à naître (bon, on met mon propre cas à part, car là, on atteint des records !). Du coup, si les mosaïstes professionnels peuvent ainsi bénéficier de bien plus de vitrines qu’auparavant, on peut aisément imaginer que les amateurs, eux, peinent à suivre le rythme.

Toutefois, si l’on jette un oeil au message laissé par les organisatrices sur un réseau social bien connu, on note que le nombre d’artistes prêts à participer, s’il n’était pas au niveau de la première édition, était tout de même conséquent. L’ambition affichée dès la première année était peut-être un peu élevée. Mieux vaut probablement commencer petit et grandir ensuite avec la réputation et les relations nouées lors des premières éditions.

Le festival de Hazebrouck a, lui, trouvé un moyen d’attirer les artistes, en leur lançant un défi au travers de l’utilisation obligatoire d’un matériau qui change à chaque édition. Je ne sais pas combien de temps l’idée pourra être réutilisée, mais c’est un bon moyen à la fois de voir naître des créations originales et de motiver les artistes.

Terminons par un petit message à l’association « Perspectives Mosaïques » : peut-être l’année 2017 n’était-elle pas un bon cru, mais vous avez raison, « il est important de faire découvrir nos créations et notre activité de mosaïste le plus souvent possible, et (…) il n’y a pas de petite occasion de rencontrer le public et de promouvoir la mosaïque », alors attendez un peu, changez de formule, de format, de communication, de je ne sais quoi, mais ne laissez pas tout tomber ! La mosaïque a besoin de belles idées comme les vôtres !

Publicités